Quand changer sa literie

Quand changer sa literie ?

Publié le 05/01/2022 par ephacare

En moyenne, la durée de vie d’un lit est évaluée à une dizaine d’années. Au-delà, il commence à perdre ses propriétés et cela impacte sur la qualité du sommeil. Selon une étude, les Français changent de literie tous les 13 à 14 ans. Néanmoins, des signes majeurs permettent d’identifier si le matelas et le sommier continuent ou non de répondre aux exigences. Le principe est le même pour une literie anti-acariens.

Combien de temps dure un lit ?

Un lit répond à toutes les caractéristiques nécessaires pour garantir une bonne nuit de sommeil pendant environ 10 ans. Le principe est donc de changer sa literie tous les 8 à 10 ans, comme le font les Américains. Toutefois, seul le degré d’usure est décisif pour savoir s’il faut la remplacer ou non. De plus, le modèle et la marque influent sur sa durabilité et sa résistance.

D’autre part, le mal de dos et les troubles du sommeil peuvent aussi motiver cette décision. Dans ce cas, il est primordial d’être à l’écoute de son corps et de détecter les symptômes. Ceux-ci se manifestent tardivement pour certains individus, d’où l’importance de bien choisir son lit. Dans son état neuf, celui-ci offre un meilleur sommeil réparateur, jusqu’à 53 minutes de plus en moyenne.

La literie en cas d’allergie aux acariens

Les troubles du sommeil et les désagréments au réveil peuvent être liés aux acariens. En effet, ces derniers envahissent le matelas et la literie en général. Toutefois, le degré des symptômes d’allergie dépend de la sensibilité de l’individu. Les études révèlent par exemple qu’au moins 1 adulte sur 10 est allergique aux acariens. Après 5 ans, un lit peut devenir une véritable niche à acariens. Dans ce cas, il n’est pas toujours nécessaire de le changer. Il faut plutôt investir dans des accessoires de literie anti-acariens.

Concernant les symptômes, les acariens de matelas provoquent des signes de rhinite, de rhume et d’asthme. Cependant, ces similarités avec d’autres maladies bénignes n’alertent pas forcément au début. Toutefois, lorsqu’ils persistent au coucher et surtout au réveil, il est judicieux de consulter un médecin pour en identifier les origines.

Les acariens dans le lit causent aussi des infections cutanées, comme des éruptions, des démangeaisons et de l’eczéma. La dermatite atopique est reconnaissable aux rougeurs et à la peau sèche. Cette forme d’allergie affecte plus souvent les enfants, les seniors et les adolescents également.

En cas d’allergie aux acariens, la solution n’est pas forcément de changer de lit. La fréquence de remplacement reste la même que pour les non allergiques. Toutefois, les précautions pour réduire les acariens doivent être prises. La première astuce est d’investir dans une literie anti-acariens. La gamme complète comprend entre autres des housses de couette, de matelas, des taies d’oreillers, des housses de traversin, etc.

Pour limiter la prolifération des acariens, un nettoyage régulier à haute température du linge de lit suffit. Il est aussi possible de traiter naturellement son linge avec du bicarbonate de soude ou des huiles essentielles. Un assainissement quotidien de l’air et de la chambre s’impose. Réduire l’humidité et la chaleur de la pièce crée un environnement défavorable à la prolifération des acariens.