Quel est le mécanisme de fonctionnement d'une allergie

Quel est le mécanisme de fonctionnement d’une allergie ?

Publié le 14/09/2021 par ephacare

Le corps humain fait perpétuellement face à différents ennemis extérieurs : virus, microbes, bactéries, etc. Le système immunitaire est l’arme qu’il utilise afin de les combattre. Cependant, il arrive que celui-ci soit défaillant et réagit de manière excessive contre les substances normalement sans danger. On parle alors d’allergie. Découvrez tout ce qu’il y a à savoir concernant le mécanisme d’une allergie.

Une réaction de défense inappropriée

Le système immunitaire a pour rôle de défendre le corps humain contre les éléments qui représentent un danger potentiel. Il peut s’agir de bactéries, de virus, de microbes, de parasites, etc. Dans le cas d’une allergie, c’est le même processus qui se produit, mais le système de défense exagère. C’est-à-dire que l’organisme répondra excessivement à des substances étrangères pourtant anodines. Ces antigènes, appelés allergènes, sont les responsables de la réaction allergique. Ils peuvent se retrouver dans un aliment, dans les poils d’animaux, dans les pollens… Se déclenche alors le mécanisme d’une allergie.

Les phases de déroulement du mécanisme de fonctionnement d’une allergie

Le mécanisme d’une allergie comprend 2 phases : la sensibilisation et la réaction allergique.

La phase de sensibilisation ou le premier contact

Le processus de développement d’une allergie commence par une phase de « sensibilisation ». C’est à ce moment-là que l’individu touche pour la première fois l’allergène. Certaines cellules de son système de défense immunitaire reconnaissent et considèrent la substance comme étant un élément dangereux. L’allergène est alors présenté à la surface de ces cellules, très nombreuses dans la peau ainsi que dans les muqueuses. Cette réaction permet à d’autres de produire des immunoglobulines E ou IgE.

Les anticorps IgE sont produits en grand nombre par les personnes allergiques. C’est une manière pour l’organisme de répondre aux allergènes. Ce ne sera pas le cas pour les sujets sains.

Le passage des IgE dans le sang est rapide. Ils se fixent ensuite sur des mastocytes, des cellules présentes dans les muqueuses et la peau. Les allergènes pénètrent plus facilement par ces endroits.

Des anticorps IgE spécifiques aux allergènes recouvrent ainsi les mastocytes d’une personne allergique provoquant l’allergie de la personne.

La phase de sensibilisation ou phase initiale est dite « asymptomatique ». C’est-à-dire que le corps de l’individu ne présente pas de symptôme.

La réaction allergique ou le contact ultérieur

Les mastocytes sont activés une fois que l’allergène se fixe sur les anticorps IgE présents à leur surface. La réaction se déclenche lorsque la partie sensible est de nouveau en contact avec l’allergène.

De l’histamine ainsi que des médiateurs de l’inflammation sont libérés durant cette seconde phase du mécanisme d’une allergie.

Les effets de l’histamine durant les manifestations allergiques sont importants. Les récepteurs des cellules des organes sont ses principales cibles. Elle vient s’y fixer provoquant par exemple une obstruction ou une augmentation de l’œdème dans le nez. L’individu allergique peut ainsi souffrir de démangeaisons, d’éternuements ou sécréter du mucus. La réaction allergique peut également se manifester au niveau de la peau. Dans ce cas, l’histamine est responsable d’inflammations, de la présence d’œdème ou d’érythème sur la peau. Il se peut même que l’individu allergique ressente une certaine difficulté à respirer. Cela est dû à une obstruction au niveau des bronches ou bronchoconstriction.