Les-criteres-pour-choisir-sa-housse-antiacariens-min

Les critères pour choisir sa housse antiacariens

Publié le 10/02/2021 par ephacare

L’existence de nombreux modèles de housses antiacariens sur le marché désoriente. Pour trancher, il faut établir une liste définie des points à considérer. Les arguments de vente sont sensiblement identiques. C’est la qualité générale d’une housse antiacariens qui la démarquera.

La connaissance préalable des allergènes

Il vaut mieux éviter de faire l’acquisition d’une housse antiacariens qui apporterait des soucis de santé supplémentaires. Les manifestations allergiques cutanées résultent souvent d’une intolérance au tissu, à part les acariens. La valeur sûre reste alors la housse fabriquée à partir de fibres de coton issu de cultures bio. Bien évidemment, le coût sera plus élevé, mais la rentabilité s’avèrera certaine.

L’hermétisation et le dispositif de fermeture

La housse antiacariens doit recouvrir tout ce qui est susceptible d’accueillir ces micro-organismes. La moindre ouverture compromettrait l’efficacité de la protection. De ce fait, il est judicieux d’investir dans le sur-mesure pour envelopper les matelas et tous les accessoires textiles.

En outre, la housse antiacariens idéale est pourvue d’un système spécial pour emprisonner les parasites. Une housse munie d’une fermeture zippée puis surplombée par une bande de tissu antiacariens est parfaite.

La résistance aux nettoyages fréquents

Acheter une housse antiacariens qui perd ses qualités au premier passage à l’eau savonneuse serait une grosse perte. Ainsi, le mieux est d’opter pour une housse dont des analyses avérées attestent de sa longévité. En principe, les développeurs d’une housse antiacariens certifiée livrent des données précises.

La question de l’épaisseur du tissu

Contrairement aux idées reçues, l’épaisseur d’une housse antiacariens augmente les risques d’entrer en contact avec des allergènes. Ces derniers peuvent s’infiltrer entre les mailles et atteindre la surface. Par conséquent, les modèles à plusieurs couches ou ouatés sont à bannir.

L’avantage du tissu antiacariens réside surtout dans l’imbrication de ses fibres. Sa finesse ne porte pas atteinte à sa capacité à protéger un individu hypersensible aux acariens. Il faudra porter un plus grand intérêt aux housses dont les filaments sont d’une extrême finesse.

L’aération de la housse antiacariens

Se reposer dans un lit épuré des facteurs allergisants, c’est bien. Dormir sur un oreiller et un lit sans acariens, c’est encore mieux. L’humidité favorise la prolifération de ces nuisibles. Une housse antiacariens doit donc être impeccablement aérée.

Cela signifie que la housse ne doit pas être composée de fibres isothermes. Celles-ci risqueraient d’emmagasiner la transpiration. Un tissu isolant synthétique est reconnaissable à ses crépitements. Une bonne housse antiacariens est donc douce au toucher et silencieuse.

L’absence de composants chimiques

L’achat d’une housse dont la fabrication n’a impliqué aucun usage d’acaricides est fortement recommandé. Certes, ces produits visent à éradiquer ces gêneurs microscopiques. Cependant, leur présence dans la housse antiacariens exposerait une personne allergique à d’autres facteurs allergènes.

Il est facile de se laisser tenter par une housse dont l’empaquetage mentionne simplement la propriété antiacariens. Mais cela peut se solder par l’apparition d’autres allergies méconnues.

L’existence d’une garantie

Si une housse antiacariens est proposée sans garantie, il faut indubitablement l’éviter. Généralement, la garantie court sur une dizaine d’années au maximum.

Concernant le prix d’une housse pour un lit deux places, il faut compter une centaine d’euros. En revanche, il faut prévoir une trentaine d’euros pour une housse d’oreiller.